Devoir de Philosophie

En quel sens peut-on dire de l'homme qu'il est un être inachevé ?

Extrait du document

Heidegger propose tout au long de son oeuvre une réinterprétation de l'histoire de la métaphysique. En particulier, Kant et le problème de la métaphysique envisage comme ligne problématique la question de la finitude radicale de l'homme. La finitude, jusqu'ici, avait été pensée comme une limitation par rapport à un infini, mais jamais pensée en tant que telle. Cela signifie par exemple dans le cas de Leibniz que nous envisageons de manière  « inachevée « notre être parce que contrairement à Dieu, nous n'avons pas la possibilité de percevoir immédiatement notre notion complète. Autrement dit, Dieu possède des caractéristiques, par exemple un entendement infini, que nous ne possédons que de manière imparfaite ou limitée. Nous nous concevons de manière limitée seulement par rapport à la conception illimitée que nous avons de Dieu. C'est seulement pour cela que nous pouvons nous concevoir comme inachevé. Au contraire, l'interprétation heideggérienne de la finitude est radicale, c'est-à-dire que l'homme (plus précisément chez Heidegger, le Dasein) est radicalement fini en lui-même. Il est par exemple caractérisé comme être-pour-la-mort. L'homme est intrinsèquement mortel.

« Ce qui différencie l'être de l'homme de celui de Dieu, c'est que Dieu est capable d'embrasser instantanémentl'ensemble de ces prédicats, tandis que l'homme ne le peut pas. Aussi l'être de l'homme ne peut lui apparaître àl'homme que de manière partielle, c'est-à-dire, pour reprendre le fil de notre investigation, de manière inachevée,puisque qu'aucun homme n'est capable de prédire ce qui lui arrivera, alors que Dieu le lit dans notre notion complète.Prétendre que l'être de l'homme est inachevé, cela ne signifie donc pas que l'homme ne mériterait pas le titre d'« être », mais qu'il ne peut pas s'envisager lui-même autrement qu'inachevé. A l'inverse, l'homme apparaîtparadoxalement achevé dans l'intention divine. III – La finitude radicale de l'homme Pour l'instant, il semble que l'inachèvement ne soit qu'une affaire de point de vue. Ce qui apparaît problématique,c'est la possibilité d'aboutir à deux points de vue contradictoires sur le même être. Après tout, c'est bien l'hommequi prétend que du point de vue divin, son être apparaît achevé. Dieu ne s'est jamais manifesté en personne pournous révéler qu'en réalité, notre être était achevé. Comment donc trancher ? Heidegger propose tout au long de son oeuvre une réinterprétation del'histoire de la métaphysique. En particulier, Kant et le problème de la métaphysique envisage comme ligne problématique la question de la finitude radicale de l'homme. La finitude, jusqu'ici, avait été pensée comme unelimitation par rapport à un infini, mais jamais pensée en tant que telle. Celasignifie par exemple dans le cas de Leibniz que nous envisageons de manière « inachevée » notre être parce que contrairement à Dieu, nous n'avons pas lapossibilité de percevoir immédiatement notre notion complète. Autrement dit,Dieu possède des caractéristiques, par exemple un entendement infini, quenous ne possédons que de manière imparfaite ou limitée. Nous nousconcevons de manière limitée seulement par rapport à la conception illimitéeque nous avons de Dieu. C'est seulement pour cela que nous pouvons nousconcevoir comme inachevé.Au contraire, l'interprétation heideggérienne de la finitude est radicale, c'est-à-dire que l'homme (plus précisément chez Heidegger, le Dasein ) est radicalement fini en lui-même. Il est par exemple caractérisé comme être-pour-la-mort. L'homme est intrinsèquement mortel. Il ne l'est pas parcomparaison avec un Dieu qui serait immortel. De même notre« entendement » est en lui-même fini. La conséquence est que l'être del'homme est tout sauf achevé. Il ne peut jamais être dogmatiquement posé. Conclusion : La perspective heideggérienne nous permet d'apporter une réponse radicale à la question : l'être de l'homme ne peutêtre dit achevé ou inachevé en aucun sens. Il serait plutôt « inachevable ». Le concept qui lui convient est lafinitude radicale. Pour le dire autrement, quelque chose de conçu comme achevé ou pouvant l'être, par exemple àtitre de cause finale, ne relève pas de l'être de l'homme. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles