Devoir de Philosophie

La pluralité des cultures est-elle un obstacle à l'unité du genre humain ?

Extrait du document

  • Quelles questions se poser?

   - Pluralité : Que signifie ici « culture « au pluriel?  Demandez-vous s'il s'agit-il de concevoir plusieurs cultures identiques ou bien plusieurs cultures différentes qui iraient jusqu'à s'opposer dans leurs pratiques et leurs valeurs.    - Cultures : Demandez-vous ce que représente la culture pour l'être humain (puisqu'il faut étudier le rapport entre culture et genre humain). Est-elle un développement hasardeux pouvant faire perdre à l'homme sa nature ? Ou bien est-elle le résultat de sa liberté fondamentale ? Cette liberté peut-elle prendre n'importe quelle forme ou bien faut-il poser des limites, celles qui distingueraient l'humain de l'inhumain? Ici, on peut se proposer de faire varier les sens possibles du mot culture pour envisager à partir de là le problème de sa pluralité et les différentes réponses à la question.    - Obstacle à l'unité : Comment concevoir cet obstacle par rapport ici à la notion d'unité, et quel est le contraire d'obstacle ? Ce qui menace l'unité est ce qui l'empêche (ob-stare, ce qui se tient devant) en maintenant la division et l'opposition (dans une pluralité). Il faut se demander alors si la pluralité peut se concilier, voire favoriser l'unité : la division cellulaire, la division du travail sont par exemples des formes de pluralité au sein même d'une unité.    - Genre humain : À quelle idée se rapporte cette expression ?  Ici le sujet interroge d'une certaine façon le rapport entre nature et culture. Autant on conçoit une seule nature humaine (spécifique pour l'ensemble des hommes), autant on conçoit une pluralité de cultures. Il faut donc se demander si ces différentes cultures peuvent être l'expression d'une seule et même nature.    Synthèse    En quoi peut-on voir dans la pluralité des cultures une menace et une déformation de l'unité originelle et naturelle de l'homme ? Mais en quoi peut-on voir aussi dans la pluralité une expression de la liberté humaine fondamentale qui alors conserve l'unité dans des formes plurielles ? Quelles limites cependant donner à cette liberté sachant que l'inhumanité est possible et condamnable? Étudiez à cet égard le plan proposé.  

« qui se sépare et se donne une identité propre. La culture n'est donc pas naturelle puisque à leur naissances, seulsles facteurs biologiques différencient les hommes.De ce point de vue, nous ne pouvons que constater la diversité au sein du genre humain.Ce qui fait obstacle, c'est « ce qui empêche de », soit physiquement, soit sur le plan de la représentation. Unobstacle à la compréhension de deux cultures différentes serait de l'ordre de contradictions entre des opinionsradicalement opposées et qui semblent inconciliables. Si chacun veut sauvegarder sa différence et que celle-ciimplique le refus d'une opinion différente, cela crée un obstacle à une entente. Se tenir sur ses positions dans leconflit créé fatalement un obstacle.Après avoir analysé les termes du sujet et mis en évidence le fait que l'Homme soit un être culturel, on pose leproblème de savoir en quoi la culture est un facteur de la fragmentation de l'Humanité. - Tout d'abord, il convient d'établir la notion de revendication d'une identité culturelleL'identité culturelle est une forme d'identité, d'objet et correspond à une définition. Je peux devant autrui, me définircomme américain, palestinien, israélien, breton, basque, etc. Cela veut dire que je m'identifie à une communautéculturelle et que, par là, j'entends défendre mes appartenances : ma langue, ma tradition, mes valeurs, mes intérêtsau sein de la communauté. Qu'il y ait une valeur de ma culture, cela ne fait pas de doute, il y a une valeur et unerichesse de toutes les cultures ; le problème, c'est quand cette identité n'est plus perçue comme une composantenaturelle de la diversité, mais devient une agrégation conflictuelle. Mais comment l'identité culturelle peut-elledevenir conflictuelle ?A la naissance, nous sommes tous dotés de caractères biologiques comme la couleur de peau, la taille. Notreéducation nous inculque certaines coutumes ou traditions, une langue etc... Tous ces caractères sont considéréscomme accidentelles : en effet, nul d'entre nous n'a choisi d'être musulman, juif ou chrétien, ou de posséder commelangue maternelle l'arabe, l'hébreu ou l'anglais. Tous ces caractères font partis de nos cultures et il n'est pasanodin, aujourd'hui de trouver certaines personnes jugeant la valeur d'un homme sur ces facteurs. Ce sont desHommes de préjugé, des hommes qui jugent autrui sur ses attributs culturels et non sur sa pensée, c'est à dire surce qu'il construit à l'aide de sa raison car c'est de là que provient véritablement la valeur d'un homme.Une majorité de conflits ont pour origine ce type de préjugés. Pour ne donner qu'un exemple, au XVIe siècle, leseuropéens réduirent les populations noires Africaines en esclavage pour ce genre de raison. Il allèrent même jusqu'àremettre en cause leur humanité du fait qu'ils n'étaient ni juifs, ni chrétien. Ce genre de préjugés peut mener à desdrames Humanitaire et est facilement évitable, notamment par une ouverture sur les différences d'autrui, donc parun gain de tolérance.Il existe un autre attrait que l'on pourrait développer, c'est le fait que chaque culture se croit supérieure aux autrescultures.Chaque culture a bien souvent tendance à se considérer comme supérieure et à estimer que ses propres normes ontune valeur universelle. Les autres cultures sont alors considérées comme barbares et non civilisées.« Est barbare celui qui croit à la barbarie. »Qui n'a pas accusé autrui de se comporter en barbare ? Quel peuple n'a pas accusé d'autres peuples d'être desbarbares ? Lévi-Strauss, grand anthropologue français, souligne, dans Race et Histoire, d'où est extrait notrecitation, ce trait propre à toute société, qu'est l'ethnocentrisme : chaque ethnie, c'est-à-dire chaque peuple, atendance à se penser comme étant au centre du monde, à considérer ses coutumes, ses m½urs, ses règles, sescroyances, ses modes de penser, comme meilleurs que ceux des ethnies ou des peuples différents. Comme si satribu, son village, son clan, son pays, sa culture étaient plus représentatifs de l'humanité que tous les autres. Ainsile barbare ou non civilisé, c'est toujours l'autre; Au sujet duquel on raconte toute sorte d'horreurs ou d'atrocités.Or, peut-être commence-t-on à ne plus être un barbare, ou commence-t-on à être un homme civilisé, le jour où l'onreconnaît qu'on est le premier à être capable de se comporter en barbare.Le mot \"barbare\" à l'origine correspond a \"l'étranger qui ne parle pas grec\" : on pouvait être étranger à Athènes,venir de Corinthe ou de Thèbes, on était alors un étranger certes, mais un étranger qui parlait grec; en revanche lesEgyptiens, les Perses étaient appelés \"barbares\". Pour les Romains, il en était de même : les barbares étaient ceuxqui ne parlaient pas latin, ou ceux qui, malgré la colonisation et la construction de l'empire romain, n'avaient pas étélatinisés, et qui se situaient donc au-delà des frontières de l'empire. Or ces peuples extérieurs ont fini par envahirl'empire romain et renversé son ordre : c'est ainsi qu'on parle encore dans les livres d'histoire de l'invasion desbarbares. La phrase de Lévi-Strauss revient à condamner l'usage de mot barbare. Celui qui accuse l'autre debarbarie est lui-même un barbare. C'est donc celui-là même qui est réellement un barbare. Pourquoi ? Parcequ'accuser autrui de violences et d'atrocités, croire que l'autre est un barbare, c'est supposer que soi-même on neserait pas capable de maux semblables. L'être civilisé est celui qui admet plutôt que tout homme, à commencer parsoi, est capable du pire.Une fois de plus, Cette position peut être rendu possible par une médiation sur soi-même, en commencent parsoumettre sa pensée au travail du doute. C'est grâce à l'éducation que l'homme est incité à appliquer ce travail dela raison. Un homme éduqué au sein d'une société dont les fondements sont basés sur des idéaux extrémistes nesaurait ou aurait un mal incroyable à soumettre sa pensée au travail du doute. ; Ainsi certaines cultures dont lesfondements reposent sur ce genre d'idéaux sont critiquables car en effet elles représentent un frein à l'unité dugenre humain.Attardons nous sur un dernier élément, acteur également de la division des hommes. C'est la peur des autres. Ladifférence des cultures instaure une ignorance qui peut mener a une incompréhension qui elle-même, mène à la peur; Or la peur est le chemin vers le coté obscure. (cf. Maître Yoga)Au sens le plus faible, la timidité est une façon d'exprimer sa peur des autres. On n'ose pas se montrer, on n'ose pasparler car on craint un jugement négatif de l'autre. Sous sa forme la plus extrême, la peur de l'autre est la peur de ladifférence : on craint tout ce qui n'est pas comme soi, on s'en méfie et de proche en proche, on peut le haïr et le »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles