Devoir de Philosophie

La pluralité des cultures est elle un obstacle à l'unité du genre humain ?

Extrait du document

  • Plusieurs interprétations du sujet sont possibles en fonction:

— de ce que l'on entend par « pluralité des cultures «: s'agit-il simplement de la diversité des moeurs ? (Mais une diversité ne mène pas nécessairement au conflit qu'implique le terme « obstacle «). S'agit-il, plus lourdement, des différentes «visions du monde« (totalisantes) que peut produire cette diversité des moeurs? (Et qui risquent d'entrer en concurrence, justifiant la question posée); — de l'interprétation de la formule finale «unité du genre humain«: • si l'on est attentif au terme «genre« (à distinguer de «nature «), on sous entend que l'unité en question est de droit, sinon de fait; • si l'on assimile unité à unification (potentielle ou future), on pose le problème par rapport à un avenir concevable de l'humanité, en termes politiques plutôt que culturels.

  • Ici " cultures " doit être pris au sens large de " civilisations ". Le " genre humain ", dans son sens moderne, désigne l' "ensemble des hommes", l'humanité. Il convient de se demander à quelle sorte d'unité -unité culturelle, politique ou autre ? - la pluralité des cultures peut faire obstacle, un " obstacle " étant au sens figuré "ce qui s'oppose à l'action, à l'obtention d'un résultat", ce qui semble impliquer une unité à réaliser, à construire.

« Problématique: Que sommes-nous en premier lieu? Les membres d'une culture, d'une civilisation, ou bien des êtres humains? Le droitau particularisme culturel est une donnée de la condition humaine qui par là dépasse toutes les culturesparticulières. Or, l'affirmation particulariste a souvent conduit à nier l'homme par la violence. - L'homme ne naît pas homme mais le devient à travers une culture particulière. Notre humanité n'est pas innée maisse construit grâce à notre intégration à la société et à notre milieu social caractérisé par une culture.Le mot culture désigne ici la coutume, la tradition, la religion, la langue aussi. De ce point de vue, nous ne pouvonsque constater la diversité au sein du genre humain. Il est incontestable qu'elle a souvent été la caused'incompréhension et qu'elle a souvent même légitimée des conquêtes, des guerres ou des génocides. Cependant,l'immense océan culturel dans lequel est plongé l'Homme représente en quelques sorte une richesse inestimable dansle sens ou il permet à chacun en s'accordant avec des cultures dites « étrangères », de découvrir de nouveauxhorizons. Cela nous confronte au problème suivant :En quoi la diversité puis le brassage des cultures peut être à l'origine de crispations identitaires faisant obstacle àl'unité du genre Humain ou au contraire, permettre une alliance entre les hommes et donc une assurance de sonunité ?Tout l'enjeu du devoir consistera à distinguer d'une part le fait que la multiplicité des cultures soit un facteur desegmentation de l'humanité menant à de multiples conflits et d'autre part, le fait que cela soit une opportunité des'ouvrir à autrui, s'ouvrir à ses différences, ce qui assurerait les relations entre les différentes cultures et donc unecontinuité de l'humanité.Nous étudierons tout d'abord la définition et le sens dans notre contexte des termes du sujet.Ensuite, nous étudierons les raisons et les causes qui font en sorte que la pluralité culturelle soit un obstacle àl'unité du genre humain.Enfin nous achèverons notre devoir par étudier le fait que les différentes cultures possèdent des points communsassurant une continuité de l'Homme. -Tout d'abord, précisons que la culture qui est un terme vaste désigne dans notre contexte la religion, la langue, lescoutumes, la tradition. Ainsi il n'est pas difficile de constater à quel point la diversité des cultures est importante surTerre. On aurait tendance à croire que chaque culture correspond à un point géographique du globe. Cela aurait étévrai il y a un demi siècle, mais depuis que voyager est devenu chose aisée pour une majorité des habitants de laplanète, on assiste à un brassage des cultures dont nous verrons les effets plus loin.Il convient désormais de définir en quoi l'Homme est un être culturel.L'homme occupe une place particulière dans la Nature qui n'est pas la même que celle qui est dévolue à l'animal.Cependant, dans une représentation finaliste de la Nature d'Aristote, il n'y a pas de coupure brutale tracée entrel'homme et la Nature. La finalité qui régit globalement la Nature s'applique aussi à l'humain. S'il y a une nature propredes éléments tels que la Terre, le Feu ou l'Eau, s'il y a une nature de l'animal, il y a aussi une nature propre àl'homme qui est caractérisée par la raison. Et comme toute nature, la nature de l'homme doit connaître undéveloppement qui lui est propre. (D'un état primitif a un état actuel). Par contre, dans la représentation mécanistede la Nature, qui voit le jour à l'aube de la science moderne, la coupure s'instaure entre l'homme et la nature. Il y ad'un côté le règne du mécanisme dans la Nature, et de l'autre le royaume de la pensée et de l'humain. On a donc laNature d'un côté, la culture de l'autre. De ce fait, l'idée qu'il puisse y avoir une « nature humaine », comme il y aune nature de la plante ou de l'animal pose problème. L'homme n'est pas comme un « objet utilitaire » ou « unemoisissure », explique Sartre. Seul sa pensée prescrit ce qu'il peut être. L'homme n'est donc pas « naturel ».L'homme est laissé à lui-même dans la nature en ayant à charge, à travers sa propre culture, de former unehumanité que la nature ne peut pas former pour lui. Tel est le rôle de l'éducation. C'est ici que née la culture.L'Homme est donc un être culturel. La culture a pour origine l'absence d'instinct dans l'homme. C'est ce manqued'instinct qui l'a obligé a trouvé des techniques de survies telles les inventions culturelles. (Contrairement à l'animalqui lui est doté d'instinct dés la naissance).La culture s'oppose donc à la nature car c'est une oeuvre de l'Homme. Sans la culture, l'homme se déshumanise etretombe au statut d'animal.Le fait que l'Homme soit un être culturel (culture qu'il construit grâce au logos) et la multiplicité des cultures nousmène à la question suivante : y a-t-il un Homme ou des Hommes ? Qu'il existe des hommes, voilà une évidencepuisque l'humanité comprend plusieurs individus. Ces individus sont des êtres singuliers et c'est leur culture qui »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles