Devoir de Philosophie

Les objets techniques nous imposent-ils une façon de penser ou seulement une manière de vivre ?

Publié le 11/06/2013

Extrait du document

Mais qu'il y ait une détermination matérielle et technique des 

rapports sociaux et des manières de penser est une chose. Imputer à la 

technique la responsabilité de l'aliénation humaine, ou de sa 

déshumanisation, en est une autre. Les forces productives n'agissent 

jamais seules, mais interagissent avec les rapports de production, qui 

caractérisent l'organisation sociale de la production (par exemple, la 

propriété peut être privée ou collective). De sorte que les objets 

techniques, ou les machines, ne nous imposent par eux-mêmes rien du 

tout.

« voyager plus vite, et en mêm e temps modifient nos représentations mentales du temps et de l'espace et le rapport que l'on a à eux. De même, la technicisation du travail, sous la forme mécanique, robotique et informatique modifie matériellement les manières de travailler et l'organisa tion du travail. On a souligné le morcellement du travail qu'entraînait le taylorisme — dont le travail à la chaîne est une forme extrême. Et il faut bien voir que l'utilisation de machines n'est qu'un aspect d'une « rationalité technicienne» plus large qu i inspire la rationalisation et l'organisation du travail. A un autre niveau, la technique détermine directement la manière dont une société produit : de manière dispersée et artisanale, ou concentrée et industrielle. Il y a un lien direct entre l'utilisat ion d'objets techniques et la concentration de la production : cela se vérifie tant dans l'industrie que dans l'agriculture. Mais si la technique affecte nos manières de travailler, elle affecte aussi notre rapport au temps, et plus généralement, notre man ière propre de nous penser dans le monde. La « pointeuse » est autant une réalité mentale que l'outil propre à une certaine rationalisation de la production. Les historiens du Moyen Age ont d'autre part bien montré qu'un renversement décisif, aussi bien ma tériel que mental, s'était produit lorsque le temps avait cessé d'être rythmé par les cloches de la paroisse, pour l'être par le mouvement mécanique de l'horloge. Enfin, c'est la culture elle -même qui se voit modifiée par la technique. Il est clair que les nouvelles techniques audiovisuelles, et surtout l'informatique, rompent avec l'ère de l'imprimerie ouverte par Gutenberg, et inaugurent une culture inédite. Déjà, l'invention de l'écriture avait ouvert la «civilisation du livre». C'est sur un livre que re posent les trois grandes religions monothéistes. On verra plus loin que ce n'est pas seulement ce qu'on appelle la culture qui est déterminé par la technique, mais nos modes de penser les plus intimes, l'activité intellectuelle elle -même. La preuve semble donc faite que les techniques déterminent globalement nos manières de penser, et nos manières d'être ensemble, notre intelligence du monde et nos manières d'y vivre. La technique semble être un phénomène global ; il ne faudrait pas croire qu'elle exerce se s effets sur un seul secteur de l'activité humaine, matérielle ou intellectuelle, et pas sur d'autres. Les objets techniques, ou encore la Technique, constituent même, pour certains auteurs contemporains comme Jacques Ellul, un véritable « milieu », un « s ystème » qui englobe tous les aspects de la vie humaine. Par milieu technique, Ellul veut dire que la technique ne se présente pas seulement sous la forme d'objets qui viennent s'insérer superficiellement dans nos sociétés; elle les recompose artificiellem ent et les transforme du tout au tout. L'univers technique se substitue à l'univers naturel ancien, à la manière d'une ville qui recouvre la »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles