Devoir de Philosophie

Peut-on imaginer une preuve de l'existence de Dieu ?

Extrait du document

dieu

→ La preuve est donc de l'ordre de la raison, elle est l'oeuvre de l'intelligence active. Ce qu'il faut donc interroger c'est précisément la notion de preuve, attachée à l'intelligence rationnelle humaine, en tant qu'on la rapporte à l'existence de Dieu, être suprême et absolu, et qui plus est surnaturel. → Il faut donc se demander si le terme de preuve est adéquat pour qualifier l'existence de Dieu. Cette existence de l'être divin peut-elle être démontrée de manière nécessaire, assurée logiquement, ou au contraire échappe-t-elle à toute définition logique. → Ce qui est ici en jeu, c'est précisément la possibilité de fonder en raison l'existence, ou plus exactement la nécessité de l'existence, de Dieu. C'est pourquoi il faudra aller jusqu'à se demander si réduire l'impossibilité - c'est-à-dire la non légitimité de la preuve en ce qui concerne l'existence de l'être suprême - d'une telle preuve est négative ou positive pour Dieu lui-même.   Problématique   Employer le terme de preuve, c'est-à-dire ce qui démontre la nécessité logique et implacable, de l'existence de Dieu n'est-il pas qu'un abus de langage, traduisant un usage illégitime du terme ? L'existence de Dieu est-elle donc réductible à l'intelligence, à la rationalité humaine, ou au contraire, n'appartient-elle pas à un domaine supra-rationnel ? Est-ce forcément négatif de reconnaître qu'il n'y a pas de preuve possible pour l'existence de Dieu, ou est-ce le signe de la supériorité d'ordre auquel la figure divine appartient ?   Plan   I-                   La preuve de l'existence de Dieu : justification rationnelle   ·        Prouver l'existence de Dieu, c'est démontrer la nécessité de son existence.

Dieu est un être parfait. Or, l'existence est une perfection. Donc Dieu existe. Il est possible de prouver l'existence di Dieu. Mais, la seule connaissance objective possible est celle qui dépend de l'expérience. Or, de Dieu, aucune expérience possible.. Dès lors, on ne peut pas en prouver objectivement l'existence.

  • I) Il y a trois façons de prouver l'existence de Dieu.

a) La preuve cosmologique. b) La preuve physico-théologique. c) La preuve ontologique.

  • II) Une existence ne se prouve pas.

a) La preuve ontologique n'est qu'une tautologie. b) Il n'y a pas de preuve de l'existence de Dieu. c) L'existence de Dieu est au nombre des choses que l'on éprouve.

.../...

« rationnel ? Est-ce forcément négatif de reconnaître qu'il n'y a pas de preuve possible pour l'existence de Dieu, ouest-ce le signe de la supériorité d'ordre auquel la figure divine appartient ? Plan I- La preuve de l'existence de Dieu : justification rationnelle · Prouver l'existence de Dieu, c'est démontrer la nécessité de son existence. Et c'est précisément ce que certains philosophes se sont attachés à faire : il s'agit de montrer, parune démonstration logique, que Dieu existe effectivement, et qu'on ne peut ni ne doit endouter. · Dire que nous avons une preuve de l'existence de Dieu, c'est affirmer que l'on a trouvé, au moyen de l'intelligence humaine, comment justifier rationnellement un être qui nousdépasse en tout point. C'est finalement fonder la religion en raison. Mais c'est aussi, dumême coup, désacraliser la religion elle-même. · Si la preuve ontologique a été l'objet de la réflexion de nombres de philosophes, c'est avec Descartes que la preuve ontologique de l'existence de Dieu prend sa forme la pluscélèbre. C'est d'ailleurs dans la 3 e Méditation métaphysique que Descartes s'emploie à la développer. · Selon Descartes , en effet, si je puis formuler l'idée de Dieu, c'est bien qu'elle est une entité qui correspond au plus haut point desperfections. Or l'existence est une perfection. Doncl'une des propriétés de mon concept de Dieu affirmequ'il possède l'existence. C'est-à-dire que Dieuexiste. · L'argument ontologique n'est pas basé sur l'observation du monde, ou sur une autre formed'évidence externe, mais sur la définition du mot“Dieu” : ainsi, il stipule que “si vous comprenez ceque Dieu est, vous comprenez qu'il existe”. SaintAnselme, dans le Proslogion, emploie ce typed'argument, tout en précisant bien que cet argumentn'est pas ce qui peut le faire croire en Dieu, mais quec'est sa croyance qui le mène à comprendrel'existence de Dieu d'une manière particulière – enl'occurrence, d'une manière qui le mène à conclureque Dieu doit exister. · On comprend alors, en ce sens, qu'il soit justifié de parler de preuve en ce qui concerne l'existencede Dieu : dans cette perspective, il semble possible,par la seule raison humaine, de fonder la nécessitéde l'existence de l'être divin. Descartes avait tout d'abord, dans son « Discours de la méthode », montré que les idées que nous concevons clairement et distinctement, qui s'imposent donc à nous avec évidence, sont innées (antérieures à notrepropre naissance) et vraies (auxquelles par conséquent nous pouvons nous fier). Par la suite, dans les« Méditations métaphysiques », l'auteur avait avancé un argument a posteriori de l'existence de Dieu : j'ai en moi l'idée (claire et distincte) de parfait ; moi qui suis un être imparfait, je ne peux l'avoir posée en moi-même ; seul unêtre parfait peut donc être la cause de la présence en moi de cette idée de parfait (« Méditation troisième »). Dans le présent texte (« Méditation cinquième ») , Descartes double cet argument a posteriori d'un argument ontologique, purement conceptuel. Parmi les idées innées, se trouvent les nombres et figuresmathématiques, mais aussi l'idée de Dieu , que l'auteur définit comme « un être souverainement parfait et infini ». A partir de cette définition, Descartes développe sa version de l'argument ontologique : il déduit l'existence de Dieu de son essence même. En effet, Dieu est par définition doté de toutes les perfections ; or l'existence est une perfection : l'existence en tant que perfection fait partie de sa définition. Dieu ne peut donc pas ne pas exister. La distinction entre essence et existence ne convient pas au sujet de Dieu . Descartes associe ces deux arguments, l'un qui remonte de l'effet à la cause, l'autre qui déduit l'existence de l'essence, pour démontrer l'existence de Dieu , « être parfait ». Pour Descartes , la première vérité est l'existence de ma conscience. C'est donc à l'intérieur même de la pensée qu'il faut rechercher l'effet qui postule Dieu comme cause. La première preuve avancée par Descartes est la suivante : Dieu possède toutes les perfections, or l'existence est une perfection, car un être sans existence est nécessairement imparfait. Donc nous devons aussi compter parmi les perfections de Dieu donc il faut que Dieu existe (« Discours de la méthode », IV et « Méditations métaphysiques », III). II- La confusion des ordres : l'existence de Dieu échappe à la rationalité »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles