Devoir de Philosophie

Que pensez-vous de cette formulation de Kant: "Le beau est ce qui plaît universellement sans concept" ?

Extrait du document

kant
. Comme la beauté est toujours saisie sur un objet concret, matériel, singulier, il n'y a pas de règles universelles du beau. Le jugement de goût n'est pas un jugement de connaissance.   ·  Troisième définition : « La beauté est la forme de la fïnalité d'un objet en tant qu'elle y est perçue sans la représentation d'une fin ».   Ce qui est beau a l'apparence de la finalité. Chaque élément semble concourir à l'effet d'ensemble, qu'il s'agisse d'un paysage, d'un tableau, d'une musique. Cette finalité ne se ramène pas au critère classique de la perfection puisque celle-ci suppose Inadéquation de ce qui est à l'idée ou concept. Or, nous venons de le voir, le jugement de goût est toujours particulier et ne procède pas par concepts. Cette finalité est sans fin. On ne peut lui assigner une fonction.  La forme finale de l'objet a l'apparence de la gratuité.

« parce que la beauté est présente en elles. Elles ne sont pas belles pour nous mais en elles-mêmes. Elles ne sont pasbelles parce que nous les trouvons belles; nous les trouvons belles parce qu'elles sont belles. Quelles sont alors lespropriétés de ce qui est beau? Là encore la conception platonicienne de la beauté inspire la réponse à cettequestion. 1) La perfection . Ce qui est beau est ce à quoi il ne manque rien. Rien de ce qui appartient à sa nature ne lui fait défaut. De même qu'un cheval avec des oreilles d'âne n'est pas beau, de même une oeuvre inachevée n'est pasbelle. On n'aurait jamais exposé à l'époque des esquisses. 2) L'ordre et l'harmonie . En effet qu'est-ce qu'un objet parfait ? C'est un objet, qui, étant complet, forme un tout. Il est l'unité d'une diversité d'éléments. Mais, pour que cette diversité ne soit pas une pure juxtaposition, il faut unprincipe d'ordre qui harmonise les éléments, substitue à la juxtaposition d'éléments sans lien ni rapport uneinterdépendance de ces mêmes éléments. « Le beau ne consiste que dans l'ordre c'est à dire dans l'arrangement et la proportion », écrit Bossuet . Tout ce qui est disloqué, désordonné, démesuré est laid. Il s'agit alors de trouver la juste mesure, les rapports adéquats, les beaux rapports. D'où les travaux mathématiques des artistes de laRenaissance recherchant la proportion idéale qu'ils ont cru trouver dans le nombre d'or, déjà utilisé par les grecs(Parthénon). 3) La simplicité . Ce qui est parfait et l'harmonieux ne peut qu'être simple. Tout ce qui a l'apparence de la complexité est laid. La complexité ne doit pas se voir, rien ne doit voiler l'unité. L'esthétique classique se caractérise par sonrejet de l'ornementation, de la parure, des entrelacs, préférant la ligne droite. 4) L'immobilité et la sérénité . Représenter le mouvement c'est introduire le désordre. 5) La clarté . Est beau ce qui est clair, se voit bien, à l'oeil et à l'esprit. Est laid tout ce qui empêche de voir. Tout ce que l'on perçoit mal (confusion des sons, des couleurs, des formes) est laid. les règles de l'harmonie musicale,particulièrement du contrepoint, donnent les moyen d'éviter le pire, la cacophonie. En peinture, il est recommandéd'utiliser des couleurs lumineuses. Sont belles les oeuvres claires et distinctes. 6) Conséquence, est beau ce qui est vrai , ce qui rend visible. « Rien n'est beau que le vrai, le vrai seul est aimable. Il doit régner partout et même dans la fable » ( Boileau , « Art Poétique » ). Quelles sont les implications de cette définition du beau ? 1) L'esthétique classique donne une interprétation dite intellectualiste du beau. Par conséquent, l'émotion esthétique est le retentissement dans la sensibilité humaine des belles propriétés de l'objet qui ne peuvent êtresaisies que par l'entendement. Seule la raison peut appréhender l'harmonie des rapports car un rapport est parnature quelque chose d'intellectuel. On ne sent pas un rapport, on le comprend et on ne croit le sentir que dans lamesure où on n'a pas clairement conscience de l'opération intellectuelle. « Ainsi quand nous trouvons un bâtiment beau, c'est un jugement que nous faisons sur la justesse et la proportion de toutes les parties en les rapprochantles unes aux autres. Il y a dans ce jugement un raisonnement caché que nous n'apercevons pas à cause qu'il se faitfort vite » ( Bossuet ). Le jugement de goût est un jugement de connaissance. Nous avons une connaissance des proportions de l'objet et cette connaissance ne doit rien à la sensibilité, ou plutôt, elle ne lui doit que la mise enprésence de l'objet. C'est la raison qui juge et le jugement de goût n'est pas par nature différent du jugementmathématique. Donc, parce que le beau est une certaine proportion, le jugement sur le beau est un jugement deconnaissance effectué par la seule raison. Ce n'est pas un jugement du type: « J'ai chaud », seulement subjectif, mais du type : « il fait 25 ° ». 2) L'art est un savoir-faire. Un savoir (connaissance des règles) qui oriente un faire, une pratique supposant de l'habileté qui s'apprend par expérience. 3) L'art s'enseigne, fait partie des pratiques, humaines pouvant être transmises et apprises. 4) Le grand artiste n'est pas un génie, une personne exceptionnelle en vertu de dons mystérieux qu'elle tiendraitde la nature ou de(s) Dieu(x). Ce qu'on appelle inspiration est l'effet du travail et de la connaissance. Certes,certains individus peuvent être plus aptes à accomplir certaines tâches que d'autres mais il ne faut pas confondreaptitude et génie, talent et génie. L'Idée que le grand artiste est un génie commencera à poindre au XVIIIe ets'imposera au XIXe (cf. le thème romantique des tourments de l'artiste inspiré, génie méconnu - nécessairementméconnu puisque génial! - par son siècle et condamné à la misère,) c'est à dire au moment où l'interprétationintellectualiste du beau et de la création artistique sera rejetée et où on mettra l'accent sur la sensibilité et parsuite sur l'individualité de l'artiste et l'originalité de son oeuvre. Valorisation de l'artiste et de l'originalité vont depair et résultent de la critique de l'esthétique classique platonicienne. Nouvelle conception de l'art et du beau,nouvelles esthétiques ou manières de créer et nouveaux critères. Et aujourd'hui encore nous considérons quel'originalité est le critère du beau (malheureusement ?). Pourquoi changer de critères ? Pourquoi avoir mis l'accent sur la sensibilité de l'artiste et du spectateur ? En quoil'esthétique classique n'est-elle pas satisfaisante ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles