Devoir de Philosophie

vérité - cours de philo

Publié le 18/06/2022

Extrait du document

« D'abord appliquée aux choses* (à l'être*), la notion de « vérité » désigne ensuite classiquement une adéquation entre la chose et l'esprit (adequatio rei et intellectus), c'est-à-dire une représentation conforme au réel, qui suppose ainsi des critères permettant de garantir cette objectivité. La réflexion philosophique interroge les moyens et les difficultés que suppose la recherche de la vérité. Celle-ci est-elle accessible à l'homme ou bien illusoire Difficultés posées par la recherche de la vérité a) Vérité et réalité La vérité ne se confond pas avec la simple réalité (la réalité perçue). Elle exprime un rapport, une correspondance exigés entre la réalité et ce que l'on en affirme : seuls un discours ou une pensée peuvent être dits « vrais » ou « faux », selon qu'ils représentent adéquatement le réel. Il ne s'agit pas pour autant de décrire le réel dans son apparence sensible et changeante mais de le représenter en lui-même, dans son essence, ce qui suppose donc un effort et un travail pour aller au-delà des simples apparences, comme l'affirme l'idéalisme platonicien. De même, le rationalisme (Descartes) pose que seule la raison peut atteindre cette essence rationnelle du réel qui lui donne stabilité et uniformité, les sens ne pouvant saisir que les qualités accidentelles des choses. b) Vérité, erreur, mensonge et illusion La vérité se distingue, en ce sens, d'autres formes de discours ou de représentations possibles du réel. Ainsi, l'erreur consiste à se représenter le réel en se trompant involontairement (pour Platon, elle est une forme d'ignorance) et elle semble rendue possible par le fait que la réalité ne se donne pas d'emblée à voir telle qu'elle est en elle même. Pour Descartes, par exemple, l'erreur consistant à voir un bâton rompu dans l'eau, alors même qu'il est droit, vient de nos sens. C'est le jugement qui alors « corrige l'erreur du sens ». Quant au mensonge, il consiste à affirmer volontairement le contraire de ce que l'on pense être vrai. Enfin, l'illusion représente une erreur volontaire qui repose sur un désir. Pour Freud, par exemple, la jeune fille pauvre qui croit qu'un prince va l'épouser se crée cette illusion sous l'effet d'un désir. Or, ce désir peut se réaliser et, en cela, l'illusion se distingue de l'erreur (car l'illusion n'est pas nécessairement fausse). c) Le scepticisme Compte tenu de l'exigence à laquelle est soumis l'énoncé de la vérité, il est possible de nier son existence même. Telle est la position sceptique (du latin scepto,«scruter, examiner circulairement ») , dont la doctrine a été fondée en Grèce par Pyrrhon d'Elis (v. 365- 275 av. J.-C .) et reprise par Sextus Empiricus : face à la pluralité et à la contradiction des opinions, sans possibilité de les départager, le scepticisme prône la suspension du jugement, lequel permet d'atteindre la tranquillité d'esprit (lequel, dans le cas contraire, serait troublé par l'obligation qu'il s'impose de connaître les choses). Ainsi, il n'existe pas de vérités mais simplement des probabilités. d) L'évidence comme critère de vérité Toutefois, certaines vérités semblent s'imposer à notre esprit avec une évidence telle que rien ne peut les remettre en question. L'évidence serait-elle alors le critère permettant de déterminer avec certitude que telle représentation est vraie ? Voulant mettre à l'épreuve ces évidences, Descartes s'est efforcé de douter de tout ce qui lui paraissait certain (évidences sensibles, intellectuelles, certitude d'être éveillé). Seule résista à ce doute l'affirmation « Je pense, donc je suis ». Telle est la vérité absolument certaine dont on ne peut douter. Impossible, en effet, de ne pas exister dès lors qu'on pense, et quand bien même on se tromperait. Notre existence, elle, n'est pas une erreur : elle est assurée par le fait même de penser. Cette coïncidence entre le sujet et son objet, entre la pensée et l'être, saisie dans une intuition* intellectuelle, est le modèle de la vérité. L'évidence, lorsqu'elle est celle d'un esprit attentif à son objet, devient alors le critère de vérité. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles